-A +A

Études Coréennes

Gulsen KILCI, étudiante diplômée du Master études coréennes parcours recherche en 2018-2019

J’ai intégré la section d’études coréennes de l’Université de Paris après l’obtention du baccalauréat. Dès la licence, j’ai pu obtenir un niveau satisfaisant en langue coréenne, et ce grâce à la multitude de cours proposés en langue. S’ajoute à cela un bagage de connaissance pluridisciplinaire sur l’objet d’étude principal, la péninsule coréenne, ainsi que sur les pays avoisinants que sont la Chine, le Japon et le Vietnam, puisque les études coréennes s’ancrent dans le département d’Asie orientale. Pendant mon cursus, j’ai effectué un semestre à l’Université nationale de Séoul via les accords bilatéraux qu’entretient l’Université de Paris avec des partenaires sud-coréens. Les connaissances linguistiques et culturelles acquises tout au long de la Licence m’ont permis d’apprécier pleinement mon semestre à Séoul, notamment en ayant la possibilité de suivre des séminaires entièrement en langue coréenne. Après cela, en continuant l’aventure en master, j’ai approfondi les connaissances auparavant acquises tout en m’orientant sur un objet de recherche précis, l’histoire de la Corée prémoderne. Ce choix a été rendu possible par la diversité des cours en sciences humaines et sociales sur la Corée, ainsi que les cours de sinographie et de chinois classique indispensable en études coréennes, offerts par des spécialistes. Par ailleurs, j’ai eu la chance d’être introduite dans le monde de la recherche par un chercheur spécialiste dans le domaine de l’histoire prémoderne et ancienne de la Corée et du chinois classique. L’aspect pluridisciplinaire des études coréennes à l’Université de Paris m’a procuré un bagage disciplinaire en sciences humaines et sociales, des capacités de rédactions et de réflexions critiques sur l’objet d’étude qu’est la Corée en Asie orientale. À la suite des cinq années en études coréennes, j’ai pris la décision de me diriger vers une thèse en lien avec les recherches que j’ai commencé en master sur le Koryŏ et l’Empire mongol. Pour cela, je dois compléter ma formation initiale avec un master en Histoire, que je peux intégrer directement grâce à cette formation, et une licence de Mongol.